Aller au contenu principal
Unité - Progrès - Justice
  • Burkina Faso

Semaine des aires protégées

les acteurs invités à engager des réflexions sur des initiatives innovantes et pertinentes pour leur gestion durable

C’est parti pour la première édition de la Semaine des aires protégées. Placée sous le thème « La biodiversité, notre nourriture, notre santé » le de top départ a été donné le lundi 25 novembre 2019 au siège du FESPACO à Ouagadougou, par le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique Batio BASSIERE. Organisée conjointement par les administrations de gestion des aires protégées de la République du Benin, du Burkina Faso et de la République du Niger, cette semaine se veut une opportunité pour améliorer la visibilité des actions de conservation des aires protégées du complexe W-Arly-Pendjari (WAP) tout en mettant en évidence les enjeux et défis majeurs de gestion durable des aires protégées. Le choix du thème se justifie par le fait que les aires protégées constituent des réservoirs de la diversité biologique et jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre écologique. Et la biodiversité fournit plusieurs types de services dont les principaux sont les services d’approvisionnement, les produits alimentaires, les ressources médicales et les matières premières. Ce qui traduit, notre entière dépendance vis-à-vis de la biodiversité pour la promotion des activités socioéconomique. Pour Der KOGDA, Conseiller Technique du Ministre en charge des Affaires Etrangères et porte-parole des parrains, c’est conscient des enjeux de la gestion durable du Complexe WAP que nos pays ont affiché leur volonté commune d’assurer une gestion écosystémique des aires protégées à travers la signature de plusieurs accord bilatéraux et multilatéraux dont le dernier en date est l’Accord tripartite entre la République du Benin, le Burkina Faso et la République du Niger relatif à la gestion harmonisée des aires protégées du complexe transfrontalier W-Arly Pendjari. Pour lui, la signature de ces accords permet entre autres, de renforcer le dispositif institutionnel régional de gestion humanisée des aires protégées, de favoriser la synergie et la complémentarité des multiples interventions, de renforcer la coopération transfrontalière de gestion des aires protégées et d’intégrer la dimension sécurité dans la gestion des aires protégées ».

Selon le Ministre Batio BASSIERE, en dépit des acquis engrangés après plus de 10 ans années d’opérationnalisation, l’Office National des Aires Protégées (OFINAP), la structure est confrontée à quelques difficultés. Il s’agit notamment des pressions anthropiques exercées sur les aires protégées, les effets néfastes des changement climatiques, l’absence de mécanisme de financement durables des activités inhérentes au aires protégées et la dégradation de la situation sécuritaire nationale marquée l’occupation des aires classées par des groupes armés. C’est pourquoi le Ministre a invité les acteurs à engager de profondes réflexions sur des initiatives innovantes et pertinentes pour une gestion durable des aires protégées. A l’équipe de l’OFINA il l'exhorté au renforcement du système gestion des aires protégées à travers la sécurisation des espaces de conservation, l’élaboration des documents référentiels de planification des interventions, la réalisation d’investissement structurant, la mise en place d’un mécanisme de mobilisation des financements durables de gestion des aires protégées et le renforcement de la bonne gouvernance. Prestations de troupes dodos, coupure de ruban et visite de stands sont entre autres, les temps forts qui ont marqués cette cérémonie de lancement de la première édition de la Semaine des aires protégées.

En rappel la Semaine des aires protégées st prévue pour se tenir du 25 novembre au 1er décembre 2019 au siège du FESPACO à Ouagadougou.