Campagne d’exploitation faunique 2016-2017

 

fusil1

 

Le Ministre Batio BASSIERE a procédé au lancement  officiel de la campagned’exploitation faunique  le samedi 07 janvier 2017 dans le ranch de gibier de Nazinga sous le thème : « Gestion durable des ressources fauniques : contribution à la sécurité alimentaire, à lacération d’emplois verts décents et résilience des populations face au changement climatique ». Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs membres du gouvernement.

 

 

 animal

 Il convient de noter que la présente campagne couvre la période du 01 décembre 2016 au 31 mai 2017. Selon le ministre, le Burkina Faso dispose de 78 aires classées soit plus de 3 millions d’hectares abritant une grande diversité de ressources fauniques qui génèrent chaque année à l’occasion de l’ouverture de la chasse près d’un milliard cinq cent million de francs(1 500 000 000) au profit du trésor public, des opérateurs du secteur privé et des communautés rurales. Après deux saisons marquées par la maladie à virus ébola, la campagne de cette année est celle de la relance qui attend plus de visiteurs que d'habitude grâce aussi au renforcement de mesures sécuritaires mis en place par le gouvernement burkinabè dans un contexte d'attaques terroristes.  Pour améliorer les recettes et en vue de mettre le Burkina Faso au même niveau que les autres pays de la sous-région, de nouveaux tarifs d’exploitation de la faune seront proposés par le ministère en charge de l’Environnement. La faune du Burkina génère certes d'énormes ressources financières mais elle rencontre aussi beaucoup de contraintes d'ordre anthropique et climatique. Il s'agit notamment du phonomène de braconnage, de la sécheresse avec un niveau de stress hydrique jamais égalé dans la quasi-totalité des aires fauniques, des occupations illégales des aires protégées à des fins diverses et de l'insécurité. Ainsi pour la seule année 2016, l'on a dénombré plus de 100 éléphants abattus, cela constitue un frein à la gestion durable du patrimoine faunique burkinabè. Le ministre n'a pas manqué de lancer un appel pressant à tous les occupants illégaux à libérer les entités forestières afin de permettre l'élaboration et la mise en oeuvre des plans d'aménagement et de gestion au profit de la nation entière. Il affirme que des dispositions sont prises par l'Etat pour un dédommagement des éventuelles victimes des dégâts causés par certains animaux hors de leur habitat, sur les biens des populations riveraines des aires de faunes. Au regard de tous ces defis, l'ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des ressources fauniques et toutes les populations riveraines des aires protégées sont interpellés au respect des textes en vigueur, à plus de vigilance et de cohésion pour une gestion durable destites ressources, profitable aux générations actuelles et futures.